Spécifications Géométriques

4152

GENERALITIES :

Les tolérances dimensionnelles ne suffisent pas pour définir avec exactitude la forme géométrique d’un objet. Les tolérances géométriques permettent de corriger ces insuffisances et précisent les variations permises.

Le tolérancement normalisé définit des grandeurs mesurables sur des pièces réelles et leurs limites à l’aide :

  • des cotes
  • des tolérances dimensionnelles (diamètres, cotes longueur, cotes angulaires.)
  • des tolérances géométriques (forme, orientation, position.)
  • d’indications d’états de surfaces (rugosité.)

Les spécifications appartiennent à la cotation fonctionnelle portée sur le dessin de définition de la pièce. Elles constituent un contrat qui doit être respecté par les différents systèmes mis en oeuvre pour le bon fonctionnement de la pièce dans l’objet technique

DIFFÉRENTS TYPES DE SPÉCIFICATIONS :

Les spécifications portées sur un dessin de définition sont :

  • Des spécifications intrinsèques (un seul élément géométrique mis en jeu) . Exemple : spécifications de forme.
  • Des spécifications de situation relative, qui positionnent un élément (élément spécifié) par rapport à un autre (élément de référence).

Inscription des tolérances :

La forme à coter est repérée par une flèche. Les tolérances s’inscrivent dans un cadre pouvant avoir 2 ou 3 cases (parfois plus). Dans ces cases sont inscrites dans l’ordre:

  • Le symbole du défaut à coter (Perpendicularité, …) ;
  • La valeur de la tolérance en mm ;
  • La lettre majuscule repérant l’élément de référence (si nécessaire) ;

L’élément de référence se repère par une lettre majuscule inscrite dans un carré qui est relié à un triangle noirci (ou non) dont la base touche l’élément de référence.
Lorsque l’élément de référence est proche du cadre de la tolérance, il est possible de les relier directement.

Lien de téléchargement Cours Spécifications géométriques est sur la page 2 >>

1 sur 2