Isostatismes MIP & MAP des piéces mécaniques

Introduction

Afin d’être usinée, la pièce doit être positionnée par rapport à la machine dans une situation telle que l’on obtienne une bonne répétitivité. On rechercher donc le nombre des contacts nécessaires et suffisant au positionnement.

Mise en position

Notion Degré de liberté :

Tout solides dans l’espace possèdent 6 degrés de libertés, dont 3 translations suivant les axes X, Y, Z et 3 rotations suivant ces même axes, le terme isostatisme en fabrication mécanique signifie, la suppression des degrés de liberté d’une pièce mécanique. Il est en effet préférable que la pièce soit bien mise en place pendant les opérations d’usinage.

Elimination des degrés de liberté :

Pour placer ou maintenir en position une pièce mécanique dans un porte pièce (mandrin ou étau) , il est nécessaire de supprimer sur chacun des 3 axes une rotation et une translation soit 6 degrés de liberté.

Symbole de base :

Le symbole de base est comme suit : on représente chaque contact par un vecteur normal perpendiculaire à la surface référentielle considérée. On appelle ce vecteur normal de repérage. Chaque normale de repérage élimine 1 degré de liberté.

Les règles d’utilisations :

Représentation :

  • Du coté libre de la matière, directement sur la surface du référentiel et éventuellement sur une ligne de rappel en cas de manque de place.
  • Éloignées au maximum pour une meilleure stabilité (voir schéma ci-dessus).
  • Sur les vues où leurs positions facilitent leur compréhension.
  • Affectées d’un indice numérique de 1à 6.

Utilisation :

  • Placer :

Pour les pièces prismatiques placer 6 normales de mise en position dont  (appui plan, appui linéaire, appui ponctuel). Pour les pièces cylindriques 5 normales de mise en position dont (centrage long et appui ponctuel ou centrage court et appui plan).

  • Placer les appuis sur les surfaces d’où partent les cotes (rappel : on appelle ces surfaces : surfaces de références).
  • Sauf indications particulières, placer le maximum d’appui sur la surface qui a la cote avec le plus petit intervalle de tolérance.
  • L’objectif est de mettre  le maximum d’appuis sur la plus grande surface de référence.
  • Ne jamais opposer deux appuis sinon le positionnement est hyperstatique.
  • Chaque fois que cela est possible, placer le plus grands nombres d’appuis opposés à l’effort de coupe

Télécharger ici